Mirko Beljanski ; l'interprétation biaisée des témoignages individuels
Accueil Mirko Beljanski André Gernez
Agir contre l’imposture scientifique  et le charlatanisme en cancérologie

L’interprétation biaisée des témoignages individuelles



Venons-en maintenant aux témoignages individuels qui prouveraient que les traitements de Mirko Beljanski sont efficaces : pourquoi ne pas en tenir compte ? Et comment les interpréter ? Même si sa théorie ne tient pas la route par rapport aux connaissances actuelles sur la cancérogenèse, peut-être existe-t-il quelque chose d’autre que les savants ne connaissent pas pour le moment et qui serait à l’origine de leur efficacité.


On retrouve cette argumentation dans tous les sites web des charlatans et de rebouteux. Il y a déjà longtemps que les scientifiques ne se contentent plus des témoignages individuels qui comportent de nombreux biais sans compter les fausses déclarations pour soutenir des théories contestées (n’importe quel rebouteux le plus farfelu sait présenter des témoins satisfaits de ses traitements). « Tout témoignage, même s'il est véridique et honnête, peut être biaisé ne serait-ce que par la puissance de l’effet placebo, qui se manifeste d'autant plus que la croyance en l'efficacité d'un produit ou d'une thérapeutique est forte, que l'engagement (public ou financier) du témoin est importante et que sa liberté (de choix et de décision) n'est pas remise en cause. » (1)


De nos jours, il existe des procédures d'évaluation scientifiques qui ont permis de sortir la médecine de la magie. C’est pour cette raison que les scientifiques exigent que toute affirmation scientifique soit appuyée par des observations expérimentales établies suivant un protocole écartant toute interprétation subjective et les tricheries ; Ce sont les essais randomisés en double aveugle.


Voici un exemple de biais très courant. Les indices de durée de survie de tous les cancers sont établis selon une moyenne. Si par exemple, pour tel cancer métastasé la durée de survie est de 2 ans, cela veut dire également qu’une petite minorité de malades connaitra une durée de vie plus réduire, voire catastrophique, et d’autres un processus inverse. Il existe donc un pic qui correspond à une moyenne de survie pour la grande majorité des cas. Mais cette courbe de survie à une forme asymétrique découverte par Gould. La médiane qui correspond aux survies les plus longues est plus étirée que celle reflétant les survies plus courtes (mais variable selon le type de cancer). Elle peut même se prolonger considérablement pour un nombre de personnes très réduit avec des périodes de rémission assez longues. Si entre temps, ces dernières personnes prennent un médicament présenté comme miraculeux, elles considéreront alors que ce médicament est efficace.


Les cancers sont toujours des maladies très individualisées pouvant connaître des périodes de rémission plus ou moins longues en fonction des traitements, un phénomène constaté aussi chez des personnes atteintes du SIDA. Certains auteurs ont même révélé des guérisons spontanées de cancer dans un cas sur 100000 qui restent bien souvent inexpliquées (2). Si Mirko BELJANSKI a été capable de présenter des malades en survie depuis de nombreuses années, combien de dizaines de milliers n’ont pas eu la chance de connaître un tel succès ? Peut-être des centaines de milliers étant donné que ses produits sont vendus dans tous les pays produisant un chiffre d’affaires considérable (3  & 4) ; ils ne sont malheureusement plus là pour témoigner. Le journaliste Jean Paul Le PERLIER (5) peut se targuer de ne jamais avoir rencontré de victimes mécontentes d’avoir été trompées par Natural Source, alors qu’il ne peut faire mieux qu’un inspecteur de police qui sait très bien qu’un témoignage outre-tombe est toujours difficile à recueillir. Bien entendu, de tels témoignages favorables sont rares, une trentaine présentée sur le site de la fondation Beljanski, constitués de coupures de presse de la collection « Dialogue » édité par la boite qui fabrique les produits, difficilement vérifiables car sans présentation de dossier médical ; une méthode classique pour racoler de nouveaux clients.


Et quelle est la part de l’efficacité supposée de ses traitements alternatifs par rapport à celle des traitements conventionnels ?  Il est utile de rappeler que lors du procès de 2001 pour exercice illégal de la pharmacie, il fut révélé que les données cliniques limitées dont l'ANRS a eu connaissance étaient très fragmentaires et obtenues selon des méthodologies qui ne correspondaient pas aux exigences les plus élémentaires des expertises thérapeutiques.


1) Attrape-nigaud.charlatans.info  

2) La maison du cancer

3) Chiffre d’affaire en 2011 de Natural Source International ltd : 1,6 million $ : soient : 1.224.640 € (FindTheComagny).

4) Chiffre d’affaire en 2011 de Molecular International Research Inc qui gère les brevets de M Beljanski au profit de sa fille : 240.000 $ soient  183.696 € (FindTheCompagny).

5) témoignage Jean Paul LE PERLIER


Page suivante : Pourquoi des Essais Cliniques Contrôlés (ECC) ?