André Gernez ; encore une tentative d'appropriation d'une découverte scientifique
Accueil Mirko Beljanski André Gernez
Agir contre l’imposture scientifique  et le charlatanisme en cancérologie

Encore une tentative d’appropriation d’une découverte


Des recherches récentes ont montré qu’il existe dans les tissus nerveux un pouvoir de régénération à partir de cellules souches neurales endogènes permettant des réparations de blessures cérébrales. Cette neurogenèse semble jouer également un rôle fonctionnel important dans la plasticité cérébrale générale. Dans le site de l’APAG et d’autres sites internet (1), il est précisé que les Dr André Gernez, Pierre Delahousse, Jacques Lacaze, et deux autres docteurs dénommés Dumont et Deston, auraient contesté en 1970 (ou 1971 selon d’autres sources) l’idée d’absence de neurogenèse après la naissance formulée par Ramón y Cajal (a), et ils auraient déposé une théorie sur la non-fixité neuronale après la naissance. Ces allégations tentent donc d’accréditer que ces découvertes auraient été faites en 1970 par le Dr A. Gernez et ses disciples. Or, ni dans la bibliothèque en ligne pubmed (b), ni dans le catalogue SUDOC (c), il n’existe de publication scientifique du Dr A. Gernez et de ses disciplines relative à cette découverte (les 4 mémoires du Dr Gernez sont pourtant référencés dans SUDOC).


Mais, ce qui est encore plus étonnant, dans son premier mémoire « Néopostulats biologiques et pathogéniques » (réédité par la Vie Claire en 1974 sans être modifié), p 28, le Dr Gernez ne conteste pas cette absence de neurogenèse quand il explique que chaque colonie cellulaire assure sa survie par deux modalités opposées : l’usage de la réserve quiescente en cellules souches quand elle existe, ou la surabondance de cellules fonctionnelles quand il n’y a pas de réserve quiescente. Et pour appuyer sa démonstration, il cite le cas des neurones dont le patrimoine serait surabondant pour éviter leur extinction en raison de leur pouvoir mitotique nul. P 30 de ce même mémoire, il écrit « Au stade néo natal, le stade de neurones est acquis ; tout le potentiel cellulaire est organisé, mature et amitotique, et la disparition d’une cellule ne sera plus compensée. » «… La masse cellulaire fondamentale des ethnies amitotiques comme les neurones, ou génératrice comme celle des colonies hématopoïétiques, est rigoureusement limitée lorsque la maturation adulte est acquise ». Cette particularité de la fixité du tissu nerveux est encore rappelée p 31 dans le chapitre qui traite de l’induction différenciatrice dans l’organogenèse en citant L. Binet « à la naissance de l’individu son système nerveux possède un nombre limité de cellules. Aucune n’apparaîtra plus, aucune de celles qui disparaîtront ne sera remplacée ». Et cette fixité est évoquée pour expliquer comment le tissu nerveux, après avoir été le premier à se différencier, « conditionne la stabilité rigoureuse, absolue, de l’organogenèse des autres colonies dont « l’induction » est neurogène».


Ainsi, la fixité neuronale est fondamentale dans la théorie d’A. Gernez sur l’origine de l’organogenèse et de la morphogenèse. Mais pourquoi aurait-il déposé une étude à la même époque développant le contraire de ce qui est écrit dans son premier mémoire ? Il est à noter que ni dans les 4 mémoires du Dr Gernez déposés à la fin des années 1960, ni dans les livres de vulgarisation et brochures destinés au public édités dans les années 1970, il n’est fait allusion à ce rapport sur la non-fixité neuronale.


a) Ramón y Cajal : histologiste espagnol ayant obtenu le prix Nobel en 1906 avec Camillo Golgi en reconnaissance de leurs travaux sur la structure du système nerveux.

b) pubmed : moteur de recherche le plus connu de données bibliographiques pour tous les domaines de la biologie et de la médecine publiées dans des revues scientifiques à comité de lecture

c) SUDOC (catalogue du système universitaire de documentation) : catalogue collectif français réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il comprend plus de 10 millions de notices bibliographiques connues depuis 1972 qui décrivent tous les types de documents (livres, thèses, revues, ressources électroniques, documents audiovisuels, microformes, cartes, partitions, manuscrits et livres anciens…


Sources :

1) http://www.gernez.asso.fr/#/biographie-4/4163833

Chapitre suivant : En guise de conclusion